*

MENU
Logo DeSerres

7

La collaboration

Dernière semaine : Bettina Hoffmann propose une œuvre collective aux Contemporains.

Avant-propos

Pour la dernière semaine, la mentore Bettina Hoffmann surprend Les Contemporains et leur propose une œuvre collaborative, mais cette idée est loin de plaire à tous. Après six semaines de création intensive, les artistes sont plus fatigués que jamais. Mais c’est avec beaucoup de patience que chacun contribue à l’œuvre collective qui met fin à l’émission Les Contemporains. Enfin, c’est en s’inspirant du parcours de Bettina Hoffmann que nous parlerons de l’art vidéo et de la critique d’art pour clore ce dernier dossier.

Vrai ou Faux : L’art vidéo NE peut PAS être silencieux ?

Dossier thématique

L’Art vidéo et sa démocratisation

L’art vidéo consiste à enregistrer des sons et des images sur une bande magnétique ou un support numérique. Par la suite, ces images peuvent être modifiées à l’aide de logiciels de montage et l’artiste peut ainsi créer un enchainement de plans afin de constituer une séquence. On peut également y ajouter une piste audio contenant une narration, de la musique ou des sons.

L’art vidéo a été créé par la rencontre des artistes et d’ingénieurs, rassemblés autour d’un désir de création artistique commun et l’envie de découvrir de nouvelles applications pour l’enregistrement d’images et de sons. L’œuvre qui marque la naissance de cet art a été réalisée en 1963 par Nam June Paik, un artiste d’origine coréenne qui travaillait à New York. Dans Exposition of Music – Electronic Television, on pouvait voir 13 téléviseurs qui projetaient des images déréglées par des aimants créant des distorsions.  

D’autre œuvres vidéo ont été marquantes, par exemple des documentations de performances et d’installations comme La grande promenade de mur de Marina Abramovic et Ulay. Le couple, qui a collaboré de façon artistique pendant plusieurs années, tirait alors à sa fin et cette performance allait marquer la rupture de leur relation. Les deux artistes ont commencé une longue marche l’un vers l’autre, partant chacun d’un bout opposé de la grande muraille de Chine, et se sont retrouvés au milieu pour se dire au revoir. La performance n’a été vécue que par les artistes et les caméramans, d’où l’importance de la captation vidéo.

Dans les années 1970, l’art vidéo a également servi d’outil de communication pour certaines  minorités, comme le centre Vidéo Femme, leur permettant ainsi d’exprimer leur désaccord, sous forme d’œuvres d’art. C’est dans les années 1980, lorsque le matériel vidéo est devenu accessible au grand public, que nous avons assisté à l’éclosion de nombreuses formes d’arts vidéo, aussi différentes les unes que les autres.

Aujourd’hui, l’art vidéo a une place prépondérante dans l’art contemporain, étant donné les possibilités infinies offertes par les technologies actuelles dans le domaine de la vidéo. Plusieurs avenues émergent, comme les animations visuelles (ou « VJing »), le mapping vidéo, les performances vidéo, les productions collaboratives via le Web, la fiction et la danse, pour ne nommer que celles-là. On remarque aussi l’essor, depuis les années 1990, d’institutions encourageant l’art vidéo numérique, comme la Société des arts technologiques.

 

Lorsque vous visitez un musée, aimez-vous découvrir de l’art vidéo ?

Le monde de l'art contemporain

La critique d’art

La critique d’art consiste à juger les œuvres de son temps et à guider le public vers un goût presque impartial. Le critique d’art interprète, analyse, évalue et décortique les œuvres vues dans les musées, les expositions, les galeries et les studios d’artistes, en rédigeant des textes qui sont publiés dans les revues spécialisées en arts visuels, les catalogues d’expositions, les livres sur les artistes et autres médias. La critique d’art ne date pas d’hier; c’est dans les années 1700, dans les salons parisiens, que l’on voit apparaitre le premier spécialiste de la discipline, Denis Diderot.

À l’époque, on ne retrouve pas de formation précise pour les critiques d’art comparativement aux artistes qui évoluent dans les Académies. Ils doivent acquérir des connaissances sur l’histoire de l’art et faire des liens entre les époques. En fonction de la notoriété acquise par le critique, il peut influencer les choix des collectionneurs et conservateurs de musées. Un critique peut alors aider à lancer la carrière d’un artiste, la ralentir ou mettre en lumière un mouvement artistique marginal. À l’inverse, il est arrivé maintes fois que des critiques n’aient pas remarqué le travail d’artistes de leur époque, qui sont aujourd’hui adorés du public.

Dans l’art contemporain, on voit souvent certaines personnes prendre aussi bien le rôle de critique que le rôle de commissaire d’exposition, en raison de leur notoriété. Les critiques sont souvent publiées dans de grandes revues spécialisées en arts visuels comme la revue allemande Texte zur Kunst. Au Québec, de 1975 à 2007, il y a eu une revue nommée Parachute qui s’était spécialisée en textes critiques sur l’art et qui a accueilli dans ses pages de grands théoriciens et critiques comme Georges Didi-Huberman et Dan Graham. À l’heure actuelle, des revues comme esse arts + opinions, Border Crossings, ETC et Ciel Variable continuent la publication d'articles et de critiques de qualité sur les œuvres et les expositions d’art contemporain au Canada et à l'étranger. À l’ère du numérique, les critiques d’art se retrouvent également sur des publications en ligne, à la télévision et à la radio. Le phénomène des blogues ne fait pas exception dans le milieu de l’art; ne trouvant pas de média qui leur convienne, certains critiques et journalistes créent leurs propres plateformes indépendantes, comme Punctum, et utilisent les différents médias sociaux pour partager leur vision avec leur lectorat de l’art contemporain et de la critique d’art à leur lectorat. 

Bettina Hoffmann

Artiste Mentor

Bettina
Hoffmann

Dans un univers emprunté à la danse contemporaine, à la banalité et à la communication, Bettina Hoffmann enquête sur les relations sociales et les notions de perception et d’imagination du spectateur à l’aide de la performance, de l’installation, de la photographie et de la vidéo.

Découvrir son site web

Entretien avec Bettina Hoffmann

J’explore les tensions dans les rapports interpersonnels en recréant ou en dramatisant des situations sociales ordinaires.

1 Qu’est-ce qui vous a poussé vers le domaine artistique?

Comme beaucoup d’artistes, j’ai toujours dessiné et bricolé. Puis, quand j’ai découvert la peinture, c’était devenu une obsession. Plus tard, je me suis intéressée au surréalisme de Max Ernst et aux collages politiques d’Hannah Höche.

2 Quel (s) médium (s) avez-vous exploré?

Au début, c’était la peinture qui m’intéressait. Aujourd’hui, je travaille la photographie, la vidéo, ainsi que la performance avec les danseurs et ça me fascine, car je veux représenter les gens le plus fidèlement. Avec ces techniques, je peux photographier ou filmer des corps en action de façon très représentative, accessible et instantanée. 

3 Qu’est-ce qui vous enrage, vous inspire?

Les rapports sociaux sont au centre de ma pratique, alors les problématiques psychologiques, sociales et politiques m’intéressent beaucoup. Ce sont les inégalités qui m’enragent comme les rapports hiérarchiques, les rapports de force et les rapports hommes-femmes. La performativité du genre est un sujet qui m’interpelle grandement, car cette performativité des hommes et des femmes crée des problèmes pour les individus, mais aussi pour la société en général. 

4 Parlez-nous de votre démarche artistique

J’essaie de montrer les tensions dans les rapports interpersonnels par la banalité et par les expressions faciales. Je ne veux pas nécessairement illustrer littéralement les tensions, je veux les suggérer pour que le spectateur ressente l’émotion qui est dégagée par cette tension. C’est assez subtil. En somme, je tente de proposer un visuel qui partage un sentiment qui évoque la potentialité d’une tension. 

5 Définissez-moi ce qu’est un artiste

Un artiste, c’est quelqu’un qui fait une œuvre d’art. Un artisan répète la même action, tandis que l’artiste explore et expérimente sans cesse afin de proposer de nouvelles visions de la vie et des individus. Un artiste doit faire des liens entre plusieurs disciplines et réfléchir sur d’autres idées afin d’offrir et partager une perspective nouvelle du monde.

Quel est votre artiste préféré de l’émission Les Contemporains ?

Démarches

Pour la dernière semaine, les artistes participants posent un regard mitigé sur la proposition de Bettina Hoffmann : créer une œuvre collaborative. Chacun le vit différemment et expose sa vision du travail en groupe. On découvre aussi la façon dont ils ont vécu ces sept dernières semaines de création intense. 

Ce qui amène les collectionneurs à acheter une œuvre, c’est un coup de cœur. Par contre, je crois que lorsque l’on vit bien, nous avons une responsabilité envers les jeunes artistes, car leur vie est beaucoup plus difficile. On a un choix extraordinaire et c’est à nous de soutenir l’art de la relève.

— François Dell’Aniello

Épisode 7

La collaboration

Caroline Monnet

Charles Lavoie

Frances Adair Mckenzie

Karine Payette

Manuel Mathieu

Guillaume Boudrias-Plouffe

Les oeuvres de l'épisode

Cliquez sur votre oeuvre préférée pour voter.
Chaque semaine, vous avez jusqu'à mardi 21h pour voter.

On gagne des concours

Collectif

On gagne des concours

Voter
On gagne des concours
Voter

Collectif